Différence entre souplesse et mobilité

Différence entre souplesse et mobilité

Tout le monde connaît les mots mobilité et flexibilité.  Ce sont des mots à la mode qui flottent dans le monde du fitness, du bodybuidling, du calisthenic que tout le monde, professionnel de la santé ou non, connaît bien.

Beaucoup de gens utilisent à tort les termes flexibilité et mobilité de manière interchangeable.  Et bien que la flexibilité soit une composante de la mobilité, la mobilité et la flexibilité sont différentes.

Dans cet article, définissons-les pour essayer de comprendre leur importance.

Définition de mobilité et flexibilité

La flexibilité est la capacité d’un muscle à s’allonger. La mobilité, par contre, est la capacité d’une articulation à se déplacer activement à travers une gamme de mouvements. 

Dans la pratique, beaucoup de gens prétendent avoir les ischio-jambiers tendus. Ces personne tentent de toucher leurs orteils et sont incapable de le faire.  Ils ressentent cette grande traction dans leurs ischio-jambiers et reprochent à ces muscles de limiter leur mobilité.

Ces mêmes personnes s’allongent ensuite sur le dos et ont les jambes tendues passivement en flexion de la hanche avec le genou étendu (un étirement typique des ischio-jambiers).  Ici, ils continuent à ressentir le même étirement dans les ischio-jambiers, mais au lieu d’être limités, leur jambe a une portée normale (environ 70 degrés). C’est un exemple classique de la façon dont une personne qui fait preuve d’une souplesse normale ou même bonne peut ne pas avoir la mobilité nécessaire pour amener son corps dans certaines positions.

Dans un tel cas, l’étirement des ischio-jambiers n’aiderait pas à améliorer le toucher des orteils.  Vous devez apprendre à améliorer votre mobilité active, la stabilité et la force de votre colonne vertébrale ainsi que de vos hanches afin d’atteindre cette position.

La différence entre la mobilité et la flexibilité, et comment les améliorer ?

La forme physique ne se limite pas à la force pure, la flexibilité et la mobilité comptent aussi. Vous aurez de la difficulté à faire de l’exercice si vous ne pouvez pas vous plier suffisamment pour exécuter l’un des mouvements. Voici comment améliorer ces compétences.

Alors que « flexibilité » et « mobilité » peuvent paraître familièrement identiques, ce sont des concepts différents qui ont un impact important sur votre condition physique.

  • Mobilité : comment se déplace une articulation
  • Flexibilité : longueur d’un muscle

Essentiellement, considérez la mobilité comme un parapluie couvrant une gamme de facteurs qui peuvent affecter l’amplitude des mouvements autour d’une articulation. L’un de ces éléments est la flexibilité. Il est difficile de déplacer une articulation si les muscles qui l’entourent ne s’étirent pas suffisamment pour le permettre. Mais il y a d’autres considérations qui entrent en jeu, comme le fait de ne pas avoir la force d’effectuer les exercices, les dommages aux tissus mous (par exemple les tendons enflammés), et même les problèmes avec d’autres articulations dans la même chaîne de mouvement. Ainsi, alors qu’un muscle suffisamment étiré peut, en théorie, être propice à une plus grande amplitude de mouvement autour d’une articulation, il est fondamentalement inutile si votre mobilité est restreinte par d’autres facteurs.

Alors pourquoi s’en soucier ? Au-delà de l’entraînement à la salle de sport, la mobilité et la flexibilité affectent également la santé de vos articulations dans la vie quotidienne. Pensez-y de cette façon : si vous avez un problème de mobilité générale qui affecte la façon dont vous bougez, votre corps ne fonctionnera pas comme il est censé le faire. Avec le temps, vous pouvez souffrir davantage d’usure et d’inconfort général que si la zone autour de l’articulation pouvait se déplacer normalement. De plus, lorsque vous faites de l’exercice, vous effectuez essentiellement ces mouvements défectueux sous une intensité plus élevée et un stress plus grand, de sorte que les blessures douloureuses peuvent s’accumuler au fil du temps. C’est comme les joueurs de basket-ball, dont beaucoup limitent la mobilité de leur cheville avec des baskets hautes. Ce faisant, cela limite la capacité de la cheville à travailler, à s’équilibrer et à absorber les chocs comme elle est censée le faire. Ce qui entraîne souvent des problèmes de genoux plus tard.

La mobilité est donc importante, et la flexibilité en fait partie, mais cela ne veut pas dire que vous devez passer une heure supplémentaire à la salle de sport chaque jour pour assouplir toutes vos articulations. Il est recommandé de travailler sur des zones que vous savez tendues et qui ont des antécédents de mouvements limités. Tout le reste est superflu. En ce sens, les problèmes les plus courants sont les hanches, les épaules, les genoux et le haut du dos. Si vous avez eu des problèmes dans ces zones ou dans d’autres, voici trois étapes clés pour vous aider à desserrer ces zones :

  • Le rouleau de mousse : Parfois atroce mais habituellement efficace, le roulement de mousse est essentiellement une technique d’auto-massage pour vous aider à relâcher les endroits tendus dans vos muscles.
  • Les exercices de mobilité : Il s’agit d’exercices spécialement conçus pour entraîner l’amplitude de vos mouvements autour des articulations. Le « Mobility WOD » est probablement la source d’exercices la plus complète sur Internet. Il suffit de rechercher la partie du corps concernée et un ensemble approprié d’exercices vous est proposé.
  • Les étirements : Ce n’est pas toujours nécessaire, surtout si vous êtes une personne naturellement souple, les étirements peuvent rendre vos articulations plus vulnérables aux blessures que si vous les laissez de côté. Mais si vous avez toujours été assez rigide et que cela vous empêche d’exécuter correctement vos exercices, vous pourriez bénéficier de quelques courts étirements dans le cadre de votre échauffement et de plus longs étirements après votre séance d’entraînement.

Améliorer la mobilité pour augmenter la force et prévenir les blessures

La mobilité est essentielle pour augmenter la force et prévenir les blessures. Les novices se concentrent normalement principalement sur le nombre de pompes et de pull-ups qu’ils peuvent faire. Leur plan d’augmentation de la force est centré sur le nombre de répétitions qu’ils exécutent. Les adeptes du conditionnement physique avancé, d’autre part, comprennent que l’amélioration de la mobilité est la clé du développement de la force et de l’équilibre, et de la prévention des blessures.

Encore une fois, la mobilité n’est pas la même chose que la flexibilité. La flexibilité est une composante de la mobilité, mais elle n’en est pas la seule partie.

Pour expliquer cela d’une autre manière, sachez qu’il y a deux aspects de la mobilité :

  • Degré de flexibilité des muscles, tendons et ligaments sous faible contrainte (flexibilité passive)
  • Degré de flexibilité des muscles, tendons et ligaments sous contrainte moyenne à élevée (flexibilité dynamique).

La plupart des gens connaissent le premier aspect de la mobilité. Si vous avez déjà vu quelqu’un faire les divisions sur le terrain, c’est de la flexibilité passive. La flexibilité dynamique, cependant, est un autre type de mobilité. La mobilité extrême peut se remarquer au niveau de l’épaule démontrée. Beaucoup de gens pourraient positionner passivement leurs épaules d’une telle façon, mais en développant la flexibilité sous tension, un tout nouveau niveau d’aptitude physique peut être atteint.

Le degré de force nécessaire pour maintenir une position spécifique est extrêmement élevé, mais il faut plus que de la force musculaire. La force des tendons et des ligaments joue également un rôle central. C’est pourquoi, si vous n’entraînez que vos muscles, il se peut que vous ne vous amélioriez pas aussi rapidement que vous pourriez l’être.

Pourquoi ? Ce sont vos ligaments et tendons qui structurent vos muscles. Avez-vous déjà entendu parler de quelqu’un qui se blesse en montant dans la voiture pour ramasser un sac ? Il peut avoir un muscle super fort en faisant des flexions et des pressions sur le banc d’entraînement, mais il s’effrite quand son corps n’est pas dans sa position typique. Sa mobilité est très faible.

Une des raisons pour lesquelles beaucoup de gens aiment tant l’entraînement du poids corporel, c’est que vous développez la force dans tout votre corps. Vous n’isolez pas les muscles, mais vous développez la force en tant qu’unité complète. Après les séances d’entraînement, on ressent une unité dans tout le corps que l’on n’aurait jamais pu atteindre grâce à l’entraînement en salle de gym.

De nombreux exercices de poids corporel améliorent également la mobilité de façon inhérente. Par exemple, le Gracie Drill et le Dive Bomber Push-up apportent à vos épaules une gamme complète de mouvements.

Comment améliorer la mobilité ?

La première méthode est l’étirement passif. La seconde est de faire passer votre articulation à travers une gamme complète de mouvements sous différents degrés de tension. Il n’est pas nécessaire qu’il y ait beaucoup de tension, mais il doit y en avoir.

3 exercices de mobilité de l’épaule pour la force et la prévention des blessures

L’épaule disloquée

Si vous ne pouviez faire qu’un seul exercice de mobilité, ce serait celui que vous devriez choisir. C’est absolument incroyable.

Saisissez une tige de goujon ou une barre lumineuse avec une prise large. Levez les bras devant vous avec les coudes étendus. En gardant vos coudes verrouillés, levez la barre au-dessus de votre tête et aussi loin que possible.

Les points clés

  • Utilisez une tige qui pèse entre 5-10 kilos. La barre ne doit pas être trop légère pour que cela devienne un exercice passif de flexibilité, le muscle doit aussi être au moins légèrement engagé.
  • En tant que débutant, commencez avec une prise très large. Au fur et à mesure que votre mobilité s’améliore, vous pourrez rapprocher vos mains. Une fois que vous pouvez terminer le mouvement avec les mains légèrement plus larges que la largeur des épaules, augmentez le poids et retournez à une prise large. Travaillez lentement vos mains vers l’arrière en direction de la largeur des épaules, car la mobilité augmente avec le nouveau poids.
  • Un élément clé de cet exercice est l’obtention d’une amplitude de mouvement complète de l’omoplate. Lorsque vous avez les bras devant vous, forcez votre omoplate à s’étirer. Vous devriez alors sentir l’étirement entre vos omoplates. Lorsque vos bras se déplacent derrière vous, rétractez vos omoplates.
  • Exécutez chaque mouvement lentement. Ce n’est pas un exercice de vitesse.

Le « skin the cats »

Vous aurez besoin d’une barre de traction pour cet exercice. Accrochez vous à cette barre et levez lentement votre corps devant vous. Continuez le mouvement jusqu’à ce que vous ne puissiez plus aller plus loin, puis revenez lentement à la position de départ. Si vous avez une mauvaise force de préhension et que vous ne pouvez faire que quelques répétitions, c’est très bien. Vous vous améliorerez au fur et à mesure de l’exercice.

Points clés

  • Avant de commencer le mouvement, lorsque vous êtes suspendu à la barre, rétractez légèrement vos omoplates. Ceci élèvera votre corps, et vous aidera réellement à commencer le mouvement quand vous exécutez le mouvement.

Les tornades à l’épaule

Cet exercice Tai Chi développe une grande mobilité dans les épaules. C’est super difficile à décrire, alors le mieux serait de vous renseigner sur internet et de regarder les nombreuses vidéos dédiées à cet effet.

A quelle fréquence faut-il du travail de mobilité ?

Il est préférable de faire du travail de mobilité tous les jours. On ne peut pas trop travailler sur la mobilité. C’est super sain pour vous, alors n’hésitez pas à le faire aussi souvent que vous le souhaitez.

Conclusion

La mobilité, la souplesse et la flexibilité sont importantes pour tous athlètes calisthenics. En fait, on peut les décrire comme étant les bases de toutes les figures de ce programme de renforcement musculaire. Sans ces trois compétences, non seulement vous ne pourrez pas réaliser les exercices, mais en plus, vous risquerez de vous blesser.

Aussi, il est impératif d’apprendre à travailler votre mobilité pour que vos entraînements calisthéniques soient les plus réussis possible. Pour vous aider dans cette démarche, n’hésitez pas à rassembler toutes les vidéos de professionnels que vous trouverez sur internet. Les vidéos et les images sont de parfaits instructeurs. Mais si vous en ressentez le besoin, vous pouvez aussi demander l’aide d’un athlète calisthenic professionnel pour vous conseiller.